----
   
  Bouse de moineaux:LE BON GOUT DU RIRE! !! !!!
  Texte compliquer a lire
 

Essayé de lire le texte pas mal compliqué
Objet : FW: Douôle de lentgage 



Cella yé pamal bon jtrouv. jé ocunne idé de kiskessé ki l'â écri mêcébon. 
JUST POUR RIRE. LAXIDAN DE TRAVAIL 
Seul un vrai canadien francais va comprendre ce Gibberish. 

Mon axidan, bin j'va t'expliqué koman sa s'fait que j'ai les jambes toutes croches, pi le dos fèlé. 
J'voula sôvé du temps. Pis le boss y màva di de dessande toutes les briques que les esti de câlisse de nioufe de brickleurs ava laissé sur le couverture quand yon bâti la chuné. Pis yan n'ava in crisse de tas. Aye, sa s'peu ki yaye kek fôte dortograf dan ma lette. 
Moé chy pa allé a l'univarsité. J'lâché lécol apra ma troizième anné. Dans 
s'temps lâ on pouva faire sâ. 
Safek j'ai grimpé avec in échel pi j'ai caloué in madrié 
su la couverture avec kate pieds de madié qui dépase. Pi j'ai attaché une 
pouli au boutte du madrié. Pi j'ai passé in gros câbe dans pouli avec lé 
deu boutte qui déssande à terre. 
Pi lâ j'ai dessandu à terre, pi j'ai attaché bin solide un boutte du câble 
apra le gros baril de bois. Pi lâ j'ai tiré su lôte boutte du câbe, pi j'ai grimpé le baril en l'air, bin tight sa pouli au bor d'la couvarture. 
Pi lâ j'ai attaché l'ôte boutte du câbe bin tight apra la grosse épinette 
avec in gros neu. Pi apra jai grimpé su la couvarture, pi jai dompé 
toute lé crisse de briques dans l'baril. Sé bin mieu que d'lé dessande une 
par une. Pilâ jai dessandu à terre pi jai détaché le câbe dapra l'épinette 
pour faire dessande le baril de brique, trankilman. 
Bin j'va dire kié dessandu mé pas trankilman. Kryé moé, 
avec lé brique dedan, le baril yétait randu bin plu pezan que moé. 
Safek yé parti par en bas sin crisse de temps. Pi moé ch'tena câbe bin tight, 
safek chu parti par en l'air yink d'une chotte. 
Lâ chta tro ho pour laché, safek chtena câbe pi j'grimpa en esti. A 
mokié chmin j'renconte le crises de baril qui dessenda à cent mil à leur. 
Y m'a pas manké. Y m'a câlissé une de cé clak. J'ai continué à monté. 
Randu en ho, j'me pette la caboche su l'câlisse de madrié, pi 
j'me jamme lé doi dans calvert de pouli. J'pansa parde conessansse. 
Pissé pa toute, l'baril yarive à terre, lefon y pette, toute lé briques 
ervol partou, le baril yé vide, pi moé chu randu plu pezan k'lui. 
Safek me vla parti par en bâ inque sune ripouse. J'lâche pas l'câbe, mé 
j'dessan en siboir. Pi t'a deviné l'baril, lui yé rparti par en lair. 
L'tabarnak y ma pa manké. Y ma ramasé drette ant lé deu gambes. 
Ch't lâché in de sé beugles. Chu vnu blème. J'pansa m'vidé d'mon san. Mé jé pa lâché. 
J'lé fette juskan bâ. Arivé là, j'méfoire sul câlisse de tas d'briques. 
J'lâche le câbe au plu crisse pour câlissé mon camp de lâ, mé 
j'lé pas fette. Ch'ta en trin d'me rlevé kan l'sincrème de baril 
m'arivé sa caboche. J'pansa mourir. Safek sé tacôze de staxidan lâ 
qu'je demande in conjé d'maladi.






Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre site web:
Votre message:

 
  &fonce

widgeo ___


JavaScript Free Code


 
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
Bousedemoineaux.fr.gd De 2008 a Aujourd'hui Bookmark and Share